Qu’est-ce que la spiritualité ?

Selon moi, la spiritualité concerne la notion d’âme à prendre en compte à part entière, pouvant être dissociée du corps humain, son véhicule pour s’incarner sur Terre. Cette énergie serait reliée à quelque chose dans l’univers… comme un générateur très puissant d’énergie et nous serions des rayonnements de cette énergie. TOUT dans l’Univers et sur notre Terre aussi ne serait donc qu’énergie, vibrant à des fréquences propres. Et comme le disait Einstein : « Je crois en une vie après la mort, tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir ; elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais. » (« A la rencontre de son enfant intérieur » Dr Luc Bodin).

Définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/spiritualite#academie-francaise

T. de Métaphysique. Caractère spirituel, nature spirituelle; il s’oppose à Matérialité. La spiritualité de l’âme. Il se dit aussi de la Théologie mystique, de celle qui regarde la nature de l’âme, la vie intérieure. Livre de spiritualité. Il désigne encore la Nuance de pensée religieuse propre à une école théologique, à un institut religieux, à un peuple.

Définition du Wiktionnaire

https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/spiritualite#wiktionnaire

  1. (Métaphysique) Caractère spirituel, nature spirituelle.
    • La spiritualité de l’âme.
    • Le mot « spiritualité » doit être pris avec beaucoup de délicatesse, car on le confond trop souvent avec « religion ». Je respecte les croyances religieuses qui viennent nourrir une spiritualité ; pris au sens philosophique, au sens très concret, « spiritualité » veut dire : donner du sens et de la valeur à ce que l’on est, à ce que l’on fait, à ce que l’on devient. — (Marc Halévy Qu’est-ce qui nous arrive ? Banque Cantonale de Genève La scène se produit à 33’57 »)
  2. Théologie mystique qui regarde la nature de l’âme, la vie intérieure.
    • Passant une à une les autres preuves de l’existence de Dieu, Ockham montre qu’elles sont inconsistantes. Il en est de même de la spiritualité et de l’immortalité de l’âme. L’intuition interne nous révèle nos états psychologiques, la joie, la tristesse, nos volontés, nos différentes opérations intellectuelles, mais non une substance immatérielle qui en serait le sujet et qui serait la forme de notre corps. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Peu de chefs religieux bénéficient d’une réputation aussi enviable que celle de Tenzin Gyasto, […]. Nombre d’Occidentaux voient en lui un modèle de sagesse et de spiritualité. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, n°66, p.5, été 2008)
  3. Nuance de pensée religieuse propre à une école théologique, à un institut religieux ou à un peuple.
    • Introduire une spiritualité si raffinée, si haute, une telle prétention à la perfection suprême, dans ce monde convenu, cérémoniel de Versailles, et cela à une fin de règne où tout semblait glacé, quelle entreprise téméraire ! — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.143)

Différence entre religion et spiritualité selon Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Spiritualit%C3%A9#Religions_et_spiritualit%C3%A9

« Religions et spiritualité :

Bien que les aspirations et pratiques spiritualistes se soient développées de façon souvent très normative (dans le cadre d’Églises établies, ou de rites traditionnels) au point de rendre les termes religion et spiritualité synonymes pendant plusieurs siècles, la notion de spiritualité s’est de plus en plus appliquée dans les travaux de théologiens ou de sociologues12 pour désigner des croyances et comportements humains universels […] dont la motivation serait liée à l’idée d’une survie après la mort physique, à une notion plus ou moins apparentée à celle de l’âme, en tant qu’entité cohérente et indépendante du corps15 […] Certains voient dans la spiritualité une simple expression de l’instinct de survie, voire un moyen de ne pas se confronter à la réalité de notre condition de mortels16 ; selon d’autres, elle révèle la mémoire intrinsèque de l’immortalité de l’âme17. Si toute religion est fondée dans une spiritualité, toute spiritualité n’est donc pas une religion. Selon certains auteurs, la distinction se ferait ainsi : il y aurait dans la religion une perspective collective et dans la spiritualité une démarche plus individuelle18. »